Il y avait une fois dans un village un fermier sans le sou qui devait
rembourser une importante somme d’argent à un vieil homme très
laid. Comme le fermier avait une fort jolie fille qui plaisait beaucoup
au vieux prêteur, ce dernier proposa un marché. Il dit qu’il effacerait
la dette du fermier s’il pouvait marier sa fille.


Le fermier et sa fille furent tous deux horrifiés par cette proposition.
Alors le vieux prêteurratoureux suggéra que le hasard détermine l’issue de la proposition.
Il leur dit qu’il mettrait un caillou blanc et un caillou noir dans un sac
vide, et que la fille aurait à puiser, à l’aveuglette, un des deux cailloux
du sac.
1 – si elle puise le caillou noir, elle devient son épouse et la dette
de son père est effacée ;
2 – si elle puise le caillou blanc, elle n’a pas à l’épouser et la dette
du père est également annulée ;
3 – si elle refuse de puiser un caillou, son père est jeté en prison.
Cette discussion avait lieu sur le chemin devant la maison du fermier,
et le sol était jonché de cailloux. Tout en continuant de parler, le
vieux monsieur très laid se pencha pour ramasser les deux cailloux.
pour du bien être sur tous les plans
Comme il les ramassait, la jeune fille, qui avait l’oeil vif, remarqua qu’il
avait ramassé deux cailloux noirs et qu’il les avait mis dans le sac.
Mais elle ne dit rien. Alors le vieux prêteur demanda à la jeune fille
de puiser dans le sac. Vous qu’auriez-vous fait à la place de la jeune
fille? Voici ce qu’elle fit :
Elle puisa dans le sac et en sortit un caillou qu’elle élaissa chapper
aussitôt par terre, gauchement, sans qu’on ait pu le voir, et il se confondit
spontanément avec la multitude des autres cailloux sur le sol.
– « Ah ! ce que je peux être maladroite ! s’exclama-t-elle . Mais
qu’importe, si je sors du sac le caillou qui reste, on verra bien lequel
j’avais puisé en premier! »

Puisque le caillou restant était noir, le premier caillou puisé ne
pouvait qu’être blanc. Et comme le vieux prêteur n’osa pas avouer
sa malhonnêteté, la jeune fille transforma une situation qui semblait
impossible en un dénouement fort avantageux. Très intelligente et
rusée !

La moralité
Il existe une solution pour la plupart des problèmes si complexes
soient-ils. C’est juste qu’on ne sait pas toujours regarder les choses
sous le bon angle. Dès notre jeune âge on nous a appris à jouer
selon des règles précises. Le pire c’est la mode des GAME BOYS
qui emprisonnent les jeunes dans des murs virtuels infranchissables.
C’est un véritable programme de robotisation voué à rendre ensuite les
individus programmables à souhait. Il s’agit en fait d’une véritable mise
sous séquestre de l’intelligence.

L’histoire a montré que les peuples nomades ont toujours évolué plus
vite que les peuples sédentaires. Pourquoi ? Parce que naviguer sans
références en terrain inconnu est beaucoup plus difficile et périlleux
que de vivre dans un cadre fixe. Voyager nécessite plus d’intelligence,
d’observation, d’initiative, d’adaptation, quelquefois de ruse, car les
erreurs prennent rapidement des tournures dramatiques.

La solution universelle des grands problèmes réside toujours dans
l’aptitude à prendre de l’altitude afin d’avoir la vision panoramique de
l’aigle. Rappelez-vous l’expérience de la poule affamée séparée d’une
gamelle de nourriture par un grillage de deux mètres de largeur planté
au milieu de rien, et qui risiblement va jusqu’à l’épuisement sans jamais
penser à en faire tour. En complexifiant les problèmes à notre niveau, ne
serions-nous pas de temps en temps au même niveau de la poule ?

Visitez le site sur www.infomicheldogna.net

Advertisements