S’il est un reproche que nous les hommes faisons aux femmes, c’est bien celui-là. Quand la passion s’émousse… quand les soirées s’allongent… enfin vous savez…

En faisant ce constat pour la première fois, l’homme envisage généralement le problème d’un point de vue masculin : qui dit problème, dit solution!
Alors en lui-même il se dit beaucoup de choses : « je vais varier les positions, lui acheter des dessous coquins (et aussi des jouets!), concocter différents scénarios pimentés, lui faire des massages… » il se dit qu’en essayant ceci ou encore cela… il finira bien par trouver la recette car après tout c’est en forgeant qu’on devient forgeron!

Pourtant, au fil du temps, l’homme constate que les choses ne s’améliorent pas. Il trouve que sa partenaire reste distante, ne se laisse pas aller comme il voudrait. Il finit même par se dire qu’elle ne l’aime plus. Alors il se sent rejeté, blessé de ne pas être à la hauteur. Son estime dégringole. Dès lors, question de survie, il se défend comme il peut en se retirant physiquement et émotionnellement. Selon sa personnalité cela peut-être par exemple en se réfugiant dans la pornographie ou encore en prenant une maîtresse… ou simplement en la quittant. À ce moment, l’homme entre dans un cercle vicieux assez douloureux… mais dont il pourra se sortir s’il le souhaite vraiment.

Rendu là, voilà ce qu’il doit apprendre: il n’y a pas de recette qui fonctionne. Il n’y en a aucune.

S’il est vrai que nos différences doivent nous enrichir, beaucoup seront d’accord pour dire qu’elles commencent par nous diviser ;).

L’homme et la femme en sont un bel exemple. Pour faire l’amour, l’homme a besoin d’être (légèrement) tendu… la femme détendue. L’homme doit entrer… alors que la femme doit s’ouvrir. À cause de ces différences anatomiques, les hommes ne réalisent pas toujours bien ce que cela représente de laisser entrer quelqu’un en soi… Ils ne saisissent pas nécessairement toute la confiance que la femme doit avoir en l’homme pour le laisser ainsi s’avancer en elle.

Et cette confiance doit être ressentie… Elle doit être construite patiemment tout au long de la journée de mille et une façons. J’ai entendu souvent : « je ne peux pas faire l’amour avec un étranger, j’ai besoin d’être connectée, de parler et d’être écoutée, de me coller, de me sentir bien pour enfin me détendre et m’abandonner ».

En résumé, la femme demande à l’homme sa présence, son temps. Elle a besoin d’être en sécurité, de rire, de se détendre… de revenir au présent avec lui.

Et là, tout naturellement … l’homme et la femme descendent dans leurs cœurs… là où le temps disparaît, là ou ils ont l’éternité pour faire (ou ne pas faire) l’amour…

https://www.facebook.com/audeladesecrans/

Advertisements